Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 15:48

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

saisir le soir 11

 

 

 

 

 

 

 

 

Saisir, saisir le soir, la pomme et la statue,


Saisir l'ombre et le mur et le bout de la rue.


Saisir le pied, le cou de la femme couchée


Et puis ouvrir les mains. Combien d'oiseaux lâchés


Combien d'oiseaux perdus qui deviennent la rue


L'ombre, le mur, le soir, la pomme et la statue !

 

 

 

Jules Supervielle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

eva 22/11/2010 08:50


Je connais très peu d'écrits de Supervielle (l'Enfant de la Haute Mer) mais il me touche beaucoup. J'aime ce poème et je te remercie de le partager.


margareth 21/11/2010 15:39


Pourquoi ? Ce poème me fait grande impression, comme s'il me parlait de lointaines soirées estivales, il y a longtemps.


Présentation

  • : Vert-Paradis
  • Vert-Paradis
  • : Un espace d'images, de mots, d'émotions, de réflexion peut-être...
  • Contact

Liens